Dans mon gouffre homo pâle

J’ai déserté mon cœur, j ’ai délaissé mon âme,
Attisé de douleur les restes d’une flamme
Qui retenait mon heure avant l’heure abyssale
Où j’ai plongé sans peur dans mon gouffre homo pâle.


Te souviens-tu de moi quand je pleurais encore,
Avant que « toi et moi » ne soit qu’un rêve mort ?
Dans l’ivresse ou la soie nous dévorions nos corps
Jusqu’au delà des lois physiques de l’effort !


Je n’ai plus mal de toi, j’ai déserté mon cœur.
Je brûle tout le bois attisé de douleur
Qui fut forêt d’éden, qui retenait mon heure,
Qui m’est jungle de haine où j’ai plongé sans peur.


J’ai délaissé mon âme et jeté dans la braise
Les restes d’une flamme qui mourait dans la glaise.
Avant l’heure abyssale j’ai déposé mon glaive
Dans mon gouffre homo pâle sans racine ni sève.

Tags:

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.